Dossier fleuve : Cuzin au Mondial !

En force, nous y sommes allés en force. Du coup, attention, article fleuve même si nous n’avons pas interrogé tout le monde, les TBEE par exemple ! Les 3 Prépa Pro sont allés chercher leur vocation, les TCB ont fait l’estrade et un concours, les TBORGO sont allés faire le mur bien sûr !

20180201_104144bis

Les troisième Prépa Pro à la recherche de leur vocation

Récit par eux-même, avec l’aide de Monsieur Cochet

 Le 1er février 2018, nous sommes descendus en bus et tramway jusqu’au parc d’exposition d’Eurexpo, à côté de l’aéroport de Bron, sur la commune de Chassieu.

Il y avait plein de drapeaux.

Il y avait des agents de sécurité, une fouille, le Hall était très grand. Certains sont partis devant, ils n’avaient pas de ticket et donc ils ont dû patienter dix minutes à l’entrée avant que M. Crouzet les retrouve, heureusement M. Cochet n’a rien su.

Dès l’entrée il y avait beaucoup de monde, à gauche il y avait un énorme canon, des cockpits d’avions, du matériel pour attirer l’attention sur leur stand. C’était l’armée française, ses trois composantes :  Marine, Terre, Armée de l’Air.

Plus loin il y avait le simulateur de conduite d’une moissonneuse-batteuse. C’étaient les métiers liés à l’agronomie et l’agriculture.

Il y avait un quart du hall destiné aux métiers du bâtiment, il y avait des charpentiers, des maçons, menuisiers, peintres. Il y avait des représentants du lycée Cuzin !

20180201_105025

Timon et Jason en terminale TBEE ont fait le salon avec leurs enseignants, ici M. Motta et Mme Bessard, photographie de Bernard Crouzet

Il y avait même un chantier où des jeunes construisaient des fontaines et des fondations.

Cathy a vu le stand coiffure, maquillage, esthétique, des écoles privées qui maquillaient les gens qui venaient les voir. Elle y est restée 45minutes (!) .

Il y avait également un stand de garage où une équipe réparait un véhicule de compétition :  une voiture de rallye !

Il y avait vraiment beaucoup de monde, les écoles faisaient n’importe quoi pour attirer les regards ; il y en a une, de Aubenas, qui est venue avec un mur d’escalade ! On pouvait grimper dessus.

Au milieu nous avons vu le « village de la chimie », mais c’étaient des mots compliqués et à Enzo on lui dit de revenir quand il aurait 18 ans…

Surtout ce qui était bien c’étaient les stands des écoles hôtelières, on pouvait manger des petites choses et surtout vers l’entrée il y avait une cafétéria où ils faisaient des super cocktails !

On s’est tous retrouvés à la fin, on est remontés, la cantine nous avait attendus, on a pu manger à 13h15.

Les terminales techniciens du bois ont sué sang et eau, au point qu’ils ont décidé de poser des questions à Monsieur Canu et le laisser répondre pour l’article. (Ah Ah)

Tout d’abord les terminales TCB ont fabriqué des modules de plancher qui, une fois assemblés, formaient une estrade qui permettait d’accueillir les œuvres des candidats ayant participé au master bois (concours inter-établissement mêlant conception et fabrication de mobilier en bois). Les terminales ont ainsi fabriqué 9 caissons de plancher de 1.25m par 2.50m ainsi qu’une rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite de 7m de longueur. Par manque de temps, le lycée Thimonnier de l’Arbresle a pris en charge la fabrication de l’autre moitié de l’estrade.

Les secondes se sont ensuite chargés de la mise en œuvre de celle-ci sur le salon :

PastedGraphic-1

Photographie M.Canu

 

PastedGraphic-2

Photographie M.Canu

 

Pour finir, les terminales ont passé le jeudi sur le stand de la filière bois afin de renseigner les visiteurs sur le métier de constructeur bois.

Pouvez-vous nous expliquer comment a été décidée, planifiée, réalisée la tâche.

Les différentes tâches ont été définies lors d’une réunion de préparation au lycée Lamarque (établissement porteur du projet)

Quel est l’apport dans la formation des élèves ?

La réalisation de cet ouvrage a servi de support pour l’épreuve de fabrication du bac pro technicien constructeur bois qui se passe en CCF.

Les élèves de terminale ont donc été évalués pour leur diplôme lors de cette fabrication.

A travers ce projet, les élèves ont eu la satisfaction de réaliser un objet présentant leur métier auprès du grand public.

Les TCB ont participé à un concours, pouvez-vous nous dire de quoi il s’agissait ?

PastedGraphic-3

Photographie M.Canu

Les terminales ont participé au challenge du bois. Ce concours permet, à qui le souhaite, de présenter une œuvre concernant les métiers du bois devant s’intégrer dans une boite évidée de 40cm de largeur, de 80cm de longueur et de 25cm de profondeur. Les élèves ont ainsi exposé 6 boîtes formant une œuvre collective présentant une coupe d’une maison à ossature en bois.

Comment s’est organisé le travail ? Combien de temps a-t-il fallu pour le faire ?

 

PastedGraphic-4

Photographie M.Canu

 

 

Début décembre, nous avons fait une réunion de préparation où chaque élève a pu exprimer ses souhaits concernant le projet. Certains désiraient faire de la charpente, d’autres de l’ossature bois ou encore de l’escalier. Nous avons donc choisi de réunir ces choix autour d’une œuvre commune. Pour gagner du temps, j’ai pris en charge, la conception de la maquette.

Les élèves ont ensuite travaillé 4 jeudis pour réaliser l’ouvrage, du traçage de l’épure à la mise en œuvre dans les boîtes.

Le fait d’être confronté aux regards des visiteurs était – il un facteur de stress et/ou de motivation ?

Comme je le dis précédemment, le fait de présenter son travail lors d’un concours comme le challenge du bois, apporte aux élèves une grande satisfaction et donc de la motivation. Mais désireux de bien faire, le stress a peut-être été parfois au rendez-vous, notamment à l’approche de la date de livraison des boîtes alors que le travail n’était pas achevé.

Quel est le pire souvenir que vous gardez du Mondial ?

Pas de mauvais souvenirs.

Quels sont les bons souvenirs que vous garderez ?

Tout simplement, la participation à cet évènement. Que ce soit pour fabriquer et mettre en œuvre, pour informer les visiteurs ou encore pour rencontrer et échanger avec les différents acteurs de la filière bois en Rhône-Alpes.

Les enseignants de Gros œuvre ont aussi rendu la copie

Monsieur Garcia, on vous a vu au Mondial des métiers, qu’y avez-vous fait ?

Nous avons monté un partenariat avec d’autres lycées, dont Lycée Roger Deschaux  et Les Collines, autour d’un module en béton cellulaire. Les enseignants du lycée Deschaux sont porteurs du projet. Ils nous ont proposé un pari, une sorte de challenge puisque le projet consistait à bâtir un mur en arc de cercle avec un matériau que nous n’avions pas encore utilisé, le béton cellulaire.

2 TBORGO

De notre côté, nous nous sommes entrainés dans les ateliers de Cuzin à manier les matériaux. Les élèves étaient intéressés par la découverte et la manipulation, la nouveauté est toujours stimulante.

La particularité du béton cellulaire ?

Les joints sont très fins, il s’agit d’une colle et les blocs se fixent entre eux ce qui nécessite beaucoup de précision. Les blocs se coupent à la scie, il s’agit d’une scie spécifique. Il y a un gros travail de calpinage en raison de la courbe. Le calpinage est l’organisation des blocs dans le mur.

Nous n’avons pas eu de difficulté particulière, il fallait juste un peu d’entrainement pour parvenir à des coupes en biais afin de garantir la rotondité du mur.

Les blocs font soixante-deux centimètres de long environ. A l’entrainement, nous les avons coupés en deux de manière à obtenir la courbe mais le jour J, nous avons utilisé les blocs entiers que nous avons coupés aux extrémités, en respectant bien les angles pour obtenir une belle courbe.

1 TBORGO

Je suis allé au salon le premier jour avec deux élèves, Abdoulaye et Bakary qui sont en terminale CAP maçons. Ils avaient pour mission de travailler avec les élèves des autres lycées sur la construction du mur en blocs de béton cellulaire. Nous démarrions le projet et avons découpé les blocs et commencé la pose. Nous avons également commencé l’élévation. Dans les journées qui ont suivi, d’autres élèves de différents niveaux et des différents lycées ont pris le relais.

 

20180201_104036

Pendant que les élèves travaillent, les enseignants bavardent, la preuve par Bernard Crouzet

 

 

 

 

Publicités