Le Mondial des métiers tout le monde y va !

Par Matthias, Valentin, Loris, Smaïn, Bastien

Matthias est allé au Mondial des métiers pour s’informer sur la filière transport et trouver une école pour l’an prochain. Il a croisé Océane. Le lycée était représenté sur un stand, les troisièmes s’y sont rendus. Un tel mouvement de foule vaut bien quelques explications.

Nous avons questionné Fatima (3è) et Monsieur Cochet.

Fatima, tu as participé au Mondial des métiers à Eurexpo, peux-tu nous dire pourquoi tu y es allée et ce que tu y as fait ?

Je m’appelle Fatima et je suis en troisième prépa-professionnelle au lycée André Cuzin. Le mondial des métiers est un salon. On y présente des métiers courants donc il y a beaucoup d’écoles et de formations possibles. Tous les niveaux à partir de la troisième sont représentés.

J’y suis allée pour me renseigner et choisir mon orientation. C’est Monsieur Cochet qui nous y a emmenés. Il avait un tee-shirt violet, facile à repérer. Toute la classe était là. Nous avions une carte du salon pour ne pas nous perdre et personne s’est perdu. Nous l’avons visité en petit groupe ou tout seul et nous avions une heure de rendez-vous. Nous y sommes allés en bus et en métro. Chacun savait quel métier il voulait découvrir.

Moi, je veux aller en lycée général. Si je ne suis pas prise, je veux faire un baccalauréat vente. Je suis allée voir le stand de l’armée. L’armée m’a toujours intéressée. J’hésite à m’engager, je me suis dit « pourquoi pas ? » si c’est possible de le faire après la troisième. Sur le stand, je suis montée sur un avion de chasse, j’ai pris les documents mis à disposition. Par contre les personnes qui étaient là pour informer n’étaient pas très disponibles parce qu’il y avait beaucoup de monde. Il fallait faire la queue longtemps. Je voulais savoir s’il fallait avoir 18 ans pour s’engager et s’il y a des centres de formation après la troisième. On ne peut pas s’engager avant 18 ans. Par contre, il y a des formations le week-end et durant les vacances.

J’ai aussi été voir les stands de restauration – hôtellerie et restauration seulement. Je ne sais pas vraiment pourquoi les stands étaient séparés mais je pense qu’il y avait une différence de gamme, restauration normale et restauration Bocuse. Là, j’ai rencontré des serveurs qui faisaient des cocktails et des gens qui  représentaient des écoles. Je voulais savoir s’il y avait des formations en alternance pour ma copine. Elle n’a pas encore trouvé ce qu’elle veut faire mais la visite l’a aidée à avancer dans son orientation.

Un autre ami est allé se renseigner sur les métiers de l’art, du dessin. Il a rencontré des professionnels et des représentants des écoles. Il a beaucoup aimé le stand. En règle générale, on a trouvé des informations mais pas encore des orientations fermes.

Les stands étaient thématiques mais il n’y en avait pas pour le commerce et la vente. J’ai pourtant bien fait le tour, bien regardé sur la carte et rien. J’étais un peu déçue. La photographie non plus n’était pas représentée.

Et rester à Cuzin, en terminale ORGO avec nous ?

Rire, je veux faire du commerce…

Est-ce impressionnant d’être interrogée par cinq garçons ?

Ben, non ce n’est pas impressionnant, ils sont gentils, surtout celui qui a le stylo bille !

Monsieur Cochet, pourquoi aller au Mondial des métiers ?

Bonjour, pourquoi ? Parce qu’il me semble important pour ces jeunes de 3ème de sortir du lycée pour découvrir d’autres horizons. Le lycée Cuzin c’est très bien, mais beaucoup de ces élèves ne veulent pas poursuivre dans les métiers du bâtiment, donc il faut aller dans ce genre de salon pour rencontrer d’autres partenaires, d’autres formations. L’idée est de susciter la curiosité afin de les motiver pour continuer par un stage d’observation ou se rendre à une journée porte-ouverte. Il faut faire « feux de tout bois ».

Les élèves ont-ils été sérieux ou vous ont-ils fait honte ?

Ah ! Il y a trois temps :

  • Quitter Cuzin pour venir à Eurexpo (nous en avions pour une petite heure de transport en commun quand même), là ça s’est plutôt bien passé. Un peu d’excitation, c’est normal, et aussi un peu d’angoisse.
  • La visite du salon en elle-même est plus libre. Les jeunes se déplacent en petits groupes, ou seuls (je veux qu’ils soient autonomes). Il n’y a pas de souci à ce niveau. Enfin si les horaires sont respectés ! Cette année c’était bien.
  • Enfin il y a le retour…là c’est plus compliqué. Les élèves sont fatigués, ils ont l’impression que la journée est finie, qu’ils peuvent retrouver toute leur liberté et bien-sûr je suis plus sur leur dos … Bref, sur quelques éléments il faut être ferme et rappeler que l’espace du transport en commun est « commun » justement, et donc on doit respecter les voisins.

Monsieur Cochet se remet de sa rude journée au Mondial des Métiers. Photographie Isabelle Ribot-Bruno.

Quel est le résultat de cette journée ?

Alors : les 3èmes n’ont pas encore tous rédigé leur bilan. Cependant, l’objectif premier qui est « la découverte » est atteint. Nous verrons la pertinence des démarches quand nous mettrons en commun les expériences de chacun.

Avez-vous rencontré Madame Bessard, Monsieur Motta et Monsieur Vittaz  ?

Mme Bessard n’était pas au salon quand nous y sommes allés, par contre oui il y avait MM Motta et Vittaz. Les enseignants des disciplines professionnelles se sont relayés au Mondial sur un stand.

Et que faisaient-ils là ?

Ils présentaient la filière «Economistes de la construction » du lycée André Cuzin, les TBEE. La filière est peu connue du grand public alors qu’elle est porteuse, les enseignants sont allés expliquer le métier aux futurs élèves et à leurs parents.

Eh oui, nous allons au Mondial nous informer et nous informons au Mondial, c’est un salon !

Publicités