Atelier théâtre des AFOR : « donc si j’ai écrit cette scène c’est simplement parce que c’est une histoire vraie » Smaïn

Les AFOR suivent un atelier théâtre et viennent de terminer l’écriture de leur propre pièce, toute une aventure qui vous permettra de savoir enfin tout ce qu’on ne vous dit jamais dans le rapport de stage !

Pièce de théâtre "Travail en cours"

Pièce de théâtre « Travail en cours »

Un article d’Océane, Ayrton, Julien, Smaïn, Loris, William, Sasha, Valentin, Kévin, Kévin, Mariana, Diego, Bastien

Les AFOR font un atelier théâtre depuis deux ans.

Au début, Ayrton n’aimait pas trop mais maintenant ça passe mieux. Vous connaissez tous notre nouvelle  aventure chers lecteurs de la gazette ! Vous avez tous lu notre article de présentation… non…?

Il est là :

https://gazettelpcuzin.wordpress.com/2016/10/10/theatre-acte-iii-afor-acteurs-fortement-forces-dorganiser-la-redaction-de-leur-rapport-de-stage/

Et bien, nous l’avons écrite cette pièce et nous allons vous raconter tout cela.

Nous avons commencé par nous présenter puis nous avons construit un personnage. Kévin est ainsi devenu Jackeline, 56 ans …. Il a bien aimé la métamorphose.

Marilyn Mattei nous a demandé ensuite de réfléchir à des anecdotes à tous les moments du stage : avant, à l’entretien, pendant le stage au travail, après le stage, avec les maîtres de stage, avec les professionnels sur les chantiers, avec les enseignants. Tout.

Nous avons donc rapidement rédigé une situation. Pour certains, c’était difficile de trouver une idée, elle ne venait pas tout de suite. William se souvient que ce n’était pas si spontané et Ayrton est d’accord. Pour d’autres, il y en avait des tonnes, beaucoup trop, d’ailleurs Julien et Kévin n’ont pas pu tout faire. Ils vont finir parce que c’est le cadeau de fin d’année pour Madame Rosenfeld, sans copies les vacances sont si ennuyeuses.  Pour d’autres enfin, il y en avait plein qui concernaient des thèmes autour du stage. Si on réfléchit, on avait des idées.  On a fait des groupes de travail et on s’est réparti dans la salle. On était parfois deux, trois, quatre. C’était plutôt agréable de se dire qu’on allait travailler en groupes  plusieurs séances. Smaïn estime qu’il s’en est bien sorti.

Nous avons fait une présentation personnelle puis des personnages, il fallait les décrire physiquement et émotionnellement, pas facile mais prenant. On était tous très concentrés. Smaïn a travaillé souvent avec Marilyn, une dame particulièrement bonne en écriture selon lui. Il remercie du fond du cœur Colin de l’avoir présentée à Madame Rosenfeld, parce que sans lui, elles ne se seraient pas croisées et franchement, ça aurait été dommage parce que du coup, il n’aurait pas écrit sa scène. Il voulait écrire une scène de drague, enfin une scène où un homme nommé Mohamoud, 17 ans fait semblant de draguer une fille qui s’appellerait Marilyn. Et on vous dit pas la suite et encore moins le rapport avec le stage. Ne rêvez pas trop, il faudra attendre la représentation. Bon, Smaïn a très peur de jouer la pièce, il est timide.

Loris et son groupe ont inventé une situation pendant le travail, en partant des conversations et des vantardises de chantier. Ils en rient encore et franchement, ils ne raconteront pas les mêmes anecdotes pendant leur soutenance d’oral. Ils ont d’abord tenté de se souvenir de quelques conversations absurdes et ils ont travaillé pour faire rire un peu. A partir d’une idée, ils ont développé des thèmes et ont travaillé les liens.  Loris est assez content d’avoir obtenu un résultat qui donne un peu de sens à des gags de chantier. Océane et Sasha ont écrit une scène sur un macho qui reçoit une stagiaire. Océane trouve important de travailler autour de ce thème parce qu’il y a encore trop de machos dans les métiers du bâtiment et que c’est encore un problème d’être une femme dans des branches où il y a beaucoup d’hommes. Certains ne sont pas d’accord pour qu’il y ait des femmes et c’est un sujet qui lui tient à cœur, que l’on peut mettre en scène et qui peut en plus être marrant. Dénoncer tout en faisant rire, c’est une idée qui lui plait.

Kévin, Julien et Ayton ont travaillé à partir d’une aventure arrivée à Julien et d’une mésaventure arrivée à Ayton lors de sa recherche de stage. William a raconté une de ses plus grosse contrariété.

En parler, quel bonheur

Sasha trouve que le thème choisi était bien parce que les élèves ont pu s’exprimer et réfléchir sur ce qui les a mécontenté. Loris, Valentin et Bastien se sont surtout concentrés sur ce qui les a fait rire dans le ridicule des autres. Smaïn s’est un peu moqué des stagiaires qui se construisent leurs problèmes en se croyant plus malin. Tout le monde continue de penser que le thème était bien trouvé.

Et y’a pas que la rigolade, y’a l’art ….

Smaïn dit que quand il a écrit, il a été projeté dans un autre monde parce qu’écrire était une grande passion pour lui dans sa jeunesse.  Il a même fait un concours de dictées.

Océane a adoré créer une scène, elle a appris à écrire ce qu’elle pense sur la réalité ou pas. Là Madame Rosenfeld n’a pas compris tout mais Bastien est très bon pédagogue. D’abord écrire permet de sortir de la « routine » de l’ « école des révisions ». En fait, quand on écrit on révise pas puisqu’on fait quelque chose qui n’existait pas avant. Ensuite on revient sur ce qu’on écrit et donc on imagine des dialogues, on change les mots et on utilise les nôtres tout en restant correct. On a pu façonner nos propres phrases et on sait déjà que pour la mise en scène ce sera bien, un texte qui nous ressemble et parle de nous. On a glissé des clins d’œil pour des personnes qui viendront nous voir. On savait que l’on pouvait faire de l’humour et construire des personnages qui ressemblent à notre entourage si on restait correct. On a aussi poussé un peu nos propres caractères, c’est drôle. On voudrait faire rire le public, le mettre à l’aise et lui donner un aperçu du monde des chantiers. On a caricaturé tous les chefs que tous les élèves ont eu sans problème puisqu’ils sont transformés en personnages. Bastien a adoré l’activité parce qu’elle est ouverte d’esprit et donne une certaine liberté. Il trouve que nous avons pu nous évader, créer et nous divertir tout en travaillant et en apprenant des techniques. On a, en plus, fait le programme puisqu’on a « la parole en spectacle » en lettres.

Marilyn, on t’aime ! Colin on t’attend !

Tout le monde est d’accord , c’est déjà pas mal, alors on vous livre des extraits des avis.

Julien trouve que Marilyn est une femme merveilleuse et brillante. Les élèves l’apprécient énormément et sont heureux et fiers de travailler avec elle, ils sont impatients de mettre le texte en scène. Kévin trouve Marilyn très cool et très professionnelle et il adore ses pièces. Pour lui : impeccable !

Bastien tient à remercier Marilyn parce que le travail a été « que du plaisir ». Il tient aussi à dire à Colin que chaque année, il a relevé un nouveau défi grâce à lui, avec en plus, à la clef, un succès. C’est une joie de travailler avec des professionnels patients qui aiment leur métier et le partagent avec nous.  En 2017, Bastien va travailler son texte et promis, le succès en scène sera phénoménal !

Publicités