Fugue de Samuel Achache : intrigant et drôle

Jeudi 14 décembre, au théâtre de la Croix-Rousse, les élèves de 1TISEC ont assisté à une représentation de Fugue au théâtre de la Croix Rousse, une histoire chantée d’explorateurs un peu (très) fous perdus dans une station en Antarctique.

Photo. de Jean-Louis Fernandez

Photo. de Jean-Louis Fernandez

Il y avait beaucoup de neige sur le plateau, toute la surface est enneigée, la scène se situe au pôle sud. On avait tous froid. Côté jardin, il y avait un tronc d’arbre décharné et un peu déprimant. Côté cour, il y avait une maisonnette avec seulement en mur de fond pour que les spectateurs puissent voir ce qui se passe à l’intérieur. Il y avait des fenêtres, un lit de camp, une baignoire bleue, un bureau, un semblant de cuisine. Mais aussi un piano, une batterie, un violoncelle, une guitare, une clarinette, une trompette, un violon : chaque scène comporte un moment musical et un moment chanté. Tous les savants savaient chanter et jouer d’un instrument.
Ils cherchaient un lac à des milliers de mètres sous la glace. Il y a là une fille et trois garçons. Ils sont loin des zones habitées normalement par les humains et isolés. Ils doivent cohabiter dans un espace très exigu et ce n’est pas facile quand prendre l’air dehors s’avère très difficile et très dangereux. La fille est devenue chef d’expédition, elle tient un journal de compte rendu technique et scientifique. Parfois elle dit ce qu’elle pense, là le ton change.
Le fantôme de son compagnon vient lui rendre visite ce qui l’agace. Elle voudrait qu’il soit mort pour de bon et refaire sa vie. Elle a un nouvel amoureux qui torture volontiers son stagiaire, Baudoin. Ils boivent pas mal. Chaque chanson reflète leur état d’esprit et leurs réflexions.
La pièce est plutôt comique, à un moment donné, un des chanteur-comédien-musicien-savant-fou, le fantôme se déshabille et se fabrique un maillot de bain avec du ruban adhésif noir de chantier (aïe les poils) … avant de plonger dans la baignoire du haut d’un escabeau. Julien salue son courage, il n’en ferait pas autant ! On a mal pour lui tout au long de la scène tout en riant quand même.
En fait on ne comprend pas très bien l’histoire, elle parle d’amour et de mort, il y a un des savants un peu obsessionnels qui meurent de froid au cours de leurs explorations, un revenant amoureux et ils chantent des airs « classiques ». C’est étrange, tout semble absurde tout en étant un peu inquiétant.

David a bien aimé la pièce parce que tout bouge tout le temps et qu’elle est très drôle. Julien a trouvé la joie des comédiens communicative et apprécie leur humour. Pour Tanguy, la pièce ne se contente pas d’être loufoque, elle permet de se poser des questions sur les objectifs que l’on se donne dans la vie, sur la complicité que l’on a avec les autres, sur l’amour. Pour lui, la pièce montre aussi que dans la folie, il y a une forme d’intelligence parce que ces personnages fous nous font réfléchir.

Photo. de Jean-Louis Fernandez

Photo. de Jean-Louis Fernandez

 

Toute la classe vous recommande ce spectacle, dont vous trouvez un extrait sur le site du théâtre de la Croix-Rousse :

http://www.croix-rousse.com/saison-15.16/spectacles/Fugue

Publicités